Loading...

jeudi 14 août 2014

location a l'année vide comment faire 2014

www.ville-agde.fr/vos-demarches/formalites-citoyennes/comarquage/F1169



Logement vide relevant du secteur privé : dossier du candidat
Mis à jour le 13 mars 2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
Projet de loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové) - 18 septembre 2013

Le projet de loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové), en cours d'examen parlementaire, prévoit de nombreuses modifications concernant le logement et la copropriété.

Dans l'attente de l'entrée en vigueur du texte définitif, les informations contenues sur cette page continuent de s'appliquer.



************************************************

Préalablement à la signature du bail, le propriétaire (ou l'agent immobilier) peut exiger certains documents permettant de s'assurer de l'identité et du niveau de ressources du candidat locataire, et ainsi constituer un dossier de candidature. Ce dossier de candidature à un logement n'est pas prévu par la loi. Celui-ci a été institué par la pratique. La loi est seulement intervenue pour préciser la liste des documents qui ne peuvent être réclamés par les propriétaires.


Documents pouvant être réclamés

En pratique, le propriétaire peut notamment réclamer les documents suivants :

bulletins de salaire,

contrat de travail,

photocopie du dernier avis d'imposition,

photocopie du livret de famille,

relevé d'identité bancaire.

Documents interdits
Certains documents bancaires

Le propriétaire ne peut pas réclamer au candidat locataire les documents suivants :

copie de relevé de compte bancaire ou postal,

attestation de bonne tenue du compte bancaire ou postal,

attestation d'absence de crédit en cours,

autorisation de prélèvement automatique.

Certains documents relatifs à la vie privée

Le propriétaire ne peut pas réclamer au candidat locataire les documents suivants :

photographie d'identité (sauf celle de la pièce d'identité),

carte d'assuré social,

extrait de casier judiciaire,

jugement de divorce (sauf le paragraphe commençant par l'énoncé : "Par ces motifs"),

contrat de mariage ou certificat de concubinage,

dossier médical personnel.

Certaines garanties

Le propriétaire ne peut pas réclamer au candidat locataire les documents suivants :

chèque de réservation de logement,

remise sur un compte bloqué de biens, d'effets, de valeurs ou d'une somme d'argent correspondant à plus de 1 mois de loyer,

attestation du précédent bailleur indiquant que le locataire est à jour de ses loyers et charges, dès lors que le locataire peut présenter d'autres justificatifs,

la copie des informations contenues dans le fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers, ou de l'information de la non-inscription à ce fichier,

production de plus de 2 bilans pour les travailleurs indépendants.

Références

Loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs - Article 22-2




*************************************************

La caution est la personne qui, dans un document écrit appelé "acte de cautionnement," s'engage envers le propriétaire du logement loué à payer les dettes locatives du locataire en cas de défaillance de sa part. Il existe 2 formes de caution : la caution simple et la caution solidaire.

Exigence d'une caution

Le propriétaire n'a pas l'obligation d'exiger de son locataire qu'il présente une caution. Par conséquent, si le propriétaire ne demande pas de caution, le locataire n'a pas à présenter ce type d'engagement pour garantir ses dettes locatives.
Aucune caution ne peut être demandée par le propriétaire qui a déjà souscrit une assurancegarantie des risques locatifs (GRL) ou une assurance privée.
En revanche, lorsque le propriétaire est une personne morale (une société par exemple), une caution peut être demandée si le logement est loué à un étudiant non bénéficiaire d'une bourse de l'enseignement supérieur.
Par ailleurs, comme pour le candidat locataire, la caution doit fournir au propriétaire un certain nombre de pièces justificatives démontrant qu'elle dispose de garanties financières suffisantes en cas d'impayé du locataire.
Attention :  le propriétaire ne peut refuser la caution au motif que cette personne ne réside pas sur le territoire métropolitain ou ne possède pas la nationalité française.

Nature de l'engagement

La caution s'engage à payer les dettes locatives du locataire. Celles-ci comprennent :
  • le loyer et les charges ainsi que les éventuels intérêts mis à la charge du locataire pour paiement tardif des dettes locatives
  • et les frais de remise en état du logement dégradé.
Si la caution ne rembourse pas les dettes locatives, les biens personnels de la caution, ses revenus et son logement (s'il lui appartient) peuvent être saisis à la demande du propriétaire.

Catégories de caution

Caution simple

La caution simple permet au propriétaire de faire appel à la caution uniquement si le locataire n'est pas en mesure de payer ses dettes locatives.
En cas d'impayé, le propriétaire doit donc d'abord s'adresser au locataire en lui envoyant un commandement de payer. L'huissier qui est chargé de rédiger cet acte doit en même temps en envoyer une copie à la caution. À défaut, la caution n'est pas tenue de payer les éventuels intérêts mis à la charge du locataire pour paiement tardif des dettes locatives.
Si, malgré cette démarche, le locataire ne parvient pas à régler ses dettes, le propriétaire doit s'adresser à la caution de préférence par lettre recommandée avec avis de réception.
S'il y a plusieurs cautions simples, le propriétaire doit réclamer à chacune la partie de la dette pour laquelle elle s'est engagée.

Caution solidaire

La caution solidaire permet au propriétaire de faire appel directement à la caution dès le premier impayé, sans même passer par le locataire et donc sans même rechercher si celui-ci pourrait payer. Autrement dit, peu importe si le locataire ne peut ou ne veut pas payer sa dette.
Le propriétaire doit s'adresser à la caution de préférence par lettre recommandée avec avis de réception.
S'il y a plusieurs cautions solidaires, le propriétaire peut réclamer la totalité de la dette du locataire à une seule de ces cautions en choisissant celle qui est la plus solvable (par exemple, celle qui présente le salaire le plus conséquent).

Réalisation de l'acte de cautionnement

Forme

La caution doit obligatoirement prendre la forme d'un acte écrit et être réalisée par acte sous seing privé ou par acte authentique.
Le propriétaire doit remettre à la caution un exemplaire de l'acte de cautionnement, sauf si l'acte est intégré au bail.

Contenu

L'acte de cautionnement doit impérativement comporter les mentions manuscrites suivantes :
  • montant du loyer en chiffres et en lettres, ainsi que les conditions de sa révision. La caution peut indiquer une somme maximale de cautionnement. Dans ce cas, le propriétaire ne peut réclamer un montant plus élevé, même si la dette locative est supérieure. Si la caution n'indique pas de montant maximum, son engagement est alors plus étendu ;
  • mention exprimant clairement que la caution a pris connaissance de la nature et de l'étendu de son engagement. Si la caution est solidaire, cela doit être précisé dans l'acte ;
  • reproduction de l'article de loi suivant : " Lorsque le cautionnement d'obligations résultant d'un contrat de location conclu en application du présent titre ne comporte aucune indication de durée ou lorsque la durée du cautionnement est stipulée indéterminée, la caution peut le résilier unilatéralement. La résiliation prend effet au terme du contrat de location, qu'il s'agisse du contrat initial ou d'un contrat reconduit ou renouvelé, au cours duquel le bailleur reçoit notification de la résiliation".

Durée de l'engagement

Lorsqu'aucune durée d'engagement ne figure dans l'acte, la caution peut mettre fin à son engagement à tout moment par lettre recommandée avec avis de réception. Toutefois, elle reste tenue des dettes locatives jusqu'à l'expiration du bail du locataire.
En revanche, quand une durée précise est indiquée dans l'acte de cautionnement, la caution est engagée jusqu'à ce terme. Toutefois, les parties peuvent prévoir par écrit que certains événements mettront fin à l'acte de cautionnement (par exemple, divorce des époux, décès du locataire).
À défaut d'indication dans l'acte, et en cas de décès de la caution par exemple, l'engagement se transmet automatiquement à ses héritiers les obligeant à garantir les dettes qui étaient déjà nées au moment du décès. En revanche, ils n'ont pas à garantir le paiement des dettes nées postérieurement au décès.

En cas de difficultés financières de la caution

Lorsque la caution n'est pas en mesure de payer les dettes locatives, elle peut demander des délais de paiement en saisissant le tribunal d'instance.
Si la situation financière de la caution est telle que ces délais ne suffisent pas, elle peut saisir la  commission de surendettement du département de sa résidence.



********************************************************************

Le bail matérialise les droits et les obligations du propriétaire et du locataire. Il doit impérativement contenir certaines informations.

Forme du bail

Le bail doit être écrit et être établi en autant d'exemplaire qu'il y a de parties (propriétaire, locataire, colocataires, caution…). Il peut prendre la forme :
À noter :  bien que la loi impose que le bail soit écrit, la jurisprudence admet qu'un bail verbal n'est pas nul, et qu'il produit les mêmes droits et obligations pour les parties.

Contenu du bail

Mentions obligatoires

Le bail doit impérativement contenir les informations suivantes :
  • nom et coordonnées du propriétaire et du gestionnaire, si le logement n'est pas géré directement par le propriétaire ;
  • date à laquelle le bail commence à s'appliquer et sa durée ;
  • consistance du logement et sa destination (bail d'habitation ou bail mixte, c'est-à-dire bail d'habitation et bail professionnel libéral) ;
  • description du logement (maison ou appartement, nombre de pièces) et de ses équipements à usage privatif et commun ;
  • description de la surface habitable du logement ;
  • montant du loyer et mode de règlement (par exemple, par chèque ou prélèvement automatique) ainsi que ses règles de révision éventuelle ;
  • montant du dépôt de garantie, si celui-ci est prévu.
Le propriétaire peut décider d'y inclure d'autres clauses précisant les obligations du locataire. Toutefois, celles-ci ne doivent pas figurer parmi la liste des clauses abusives, sous peine d'être réputées non écrites et donc non valides.

Documents annexes

Certains documents doivent être annexés au bail :
  • l'état des lieux établi lors de la remise et la restitution des clés. Pendant le 1er mois de la période de chauffe, le locataire peut demander au propriétaire, par tous moyens, que l'état des lieux soit complété par l'état des éléments de chauffage ;
  • si le logement est situé dans un immeuble en copropriété, une copie du règlement de copropriété;
  • l'attestation d'assurance contre les risques locatifs que le locataire doit obligatoirement souscrire ;
  • une information sur les moyens de réception des services de télévision dans l'immeuble.

Durée du bail

Le bail doit être conclu pour une durée minimum :
  • de 3 ans lorsque le propriétaire est un particulier
  • ou 6 ans lorsque le propriétaire est une personne morale (par exemple une société, une association).
Par exception, la durée peut être inférieure à 3 ans (ou 6 ans) , mais d'au minimum 1 an, si le propriétaire prévoit de reprendre son logement pour des raisons familiales ou professionnelles (par exemple, retraite qui oblige le propriétaire à reprendre son logement).
Le motif de reprise qui justifie cette durée plus courte doit impérativement figurer dans le bail.
Le propriétaire doit néanmoins confirmer au locataire, par lettre recommandée avec avis de réception, au minimum 2 mois avant la fin du bail que l'événement est réalisé et qu'il reprendra le logement à la date prévue.
Lorsque l'événement ne s'est pas produit ou n'a pas été confirmé, le bail doit se poursuivre jusqu'au délai de 3 ans.

Renouvellement du bail

À la fin du bail et à défaut de congé donné par le propriétaire ou le locataire, le bail est renouvelé sur proposition du propriétaire ou reconduit automatiquement pour :
  • 3 ans lorsque le propriétaire est un particulier
  • ou 6 ans lorsque le propriétaire est une personne morale.

Références


*************************************************************************

Le propriétaire peut exiger du locataire qu'il verse un dépôt de garantie pour couvrir ses éventuels manquements à ses obligations locatives (par exemple, régularisation du loyers et des charges ou réalisation des réparations locatives).

Montant

Le montant du dépôt de garantie est d'au maximum équivalent à 1 mois de loyer, hors charges.
Aucun dépôt de garantie ne peut être réclamé au locataire si le loyer est payable d'avance pour une période supérieure à 2 mois (loyer payé trimestriellement par exemple). Toutefois, si le locataire demande le bénéfice du paiement mensuel du loyer, le propriétaire peut exiger un dépôt de garantie.
À noter : le montant du dépôt de garantie ne peut faire l'objet d'aucune révision en cours ou au renouvellement du bail.

Versement

Le dépôt de garantie doit être versé au propriétaire au moment de la signature du bail, directement par le locataire ou par l'intermédiaire d'un tiers, c'est-à-dire :
En cas de versement en espèces, le locataire peut demander au propriétaire, par tous moyens, un reçu spécifiant que la somme remise l'est au titre du dépôt de garantie.

Restitution

Le dépôt de garantie doit être restitué dans un délai maximal de 2 mois à compter de la restitution des clés par le locataire.
La loi permet cependant au propriétaire de conserver tout ou partie du dépôt de garantie pour couvrir les loyers ou charges impayés, ainsi que les frais nécessaires à la remise en état du logement suite aux détériorations commises par le locataire.
Toutefois, la somme retenue par le propriétaire sur le dépôt de garantie doit être justifiée en comparant l'état des lieux entrant et sortant.

Recours en cas de non restitution

Si le dépôt de garantie n'est pas restitué dans le délai de 2 mois après la remise des clés, le locataire doit, de préférence par lettre recommandée avec avis de réception, mettre en demeure le propriétaire de restituer le dépôt de garantie dans un délai raisonnable.
Si le propriétaire refuse de rembourser le dépôt de garantie malgré cette démarche, le locataire peut saisir une commission départementale de conciliation où est situé le logement concerné.
À savoir : à défaut de restitution dans le délai prévu, le montant du dépôt de garantie produit des intérêts au taux légal au profit du locataire.

Services et formulaires en ligne

Où s'adresser ?

Commission départementale de conciliation de l'Hérault

Adresse
Direction départementale de la cohésion sociale de l'Hérault
Rue Serge Lifar
34184 MONTPELLIER CEDEX 4
Coordonnées Num.
  • Téléphone : +33 4 67 41 72 00
  • Télécopie : +33 4 67 41 72 90
Horaires d'ouverture :
  • Du lundi au vendredi : 09:00:00 - 12:00:00 / 14:00:00 - 16:00:00 / Uniquement sur rendez vous.

Comment sont répartis les frais de rédaction d'un bail immobilier ?


Cela dépend de la nature de la location.

Lorsque le logement loué est un logement vide, les honoraires dus au professionnel (agent immobilier ou notaire par exemple) sont obligatoirement partagés entre le propriétaire et le locataire. Par contre, les frais de timbre et d'enregistrement du bail sont supportés par le locataire. Lorsque le contrat arrivé à son terme est reconduit tacitement (c'est-à-dire aux mêmes conditions), l'agence immobilière qui gère le bien ne peut pas demander de rémunération à ce titre. En revanche, si le loyer est augmenté à cette occasion, un nouveau bail doit être établi. Le professionnel qui rédige ce nouveau bail peut alors prétendre à une rémunération qui sera partagée par moitié entre le propriétaire et le locataire.

Lorsque le logement loué est un logement meublé, les honoraires dus au professionnel peuvent être mis à la charge du propriétaire ou du locataire, ou partagés entre eux, selon ce qu'ils auront décidé dans le bail.

Attention :  le propriétaire qui établit lui-même le bail (sans l'intervention d'un professionnel) ne peut exiger du locataire qu'il lui verse une rémunération.

Références

Loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs - Article 5



copie le 05 08 2014

Comment sont répartis les frais d'agence dans le cadre d'une location ?

Mise à jour le 08.07.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Plafond de frais réglementaire - 27.03.2014

La loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové) modifie les règles relatives aux frais d'agence immobilière. Dans l'attente de la parution des textes d'application, les informations contenues dans cette page continuent de s'appliquer.
Cela dépend de la nature du contrat de location. Les frais d'agence doivent être partagés entre le bailleur et le locataire dans le cadre d'une location vide. Pour une location meublée, ils peuvent aussi être mis à la charge exclusive de l'une ou l'autre des parties. Dans tous les cas, es tarifs appliqués doivent être affichés.

Location vide

S'il s'agit d'une location vide, la rémunération de l'agent immobilier qui intervient dans le cadre de la signature du contrat de bail est partagée pour moitié entre le locataire et le propriétaire.
Le niveau de rémunération applicable est libre.
En pratique, les frais peuvent être fixés forfaitairement ou en pourcentage du loyer annuel (hors charges).
Ils sont dus une seule fois et ne concernent pas les renouvellements de contrats de location. En revanche, de nouveaux frais peuvent être appliqués à l'occasion d'une augmentation de loyer sous-évalué nécessitant la rédaction d'un nouveau bail.
Attention : aucun frais d'état des lieux ne peut être mis à la charge du locataire.

Location meublée

S'il s'agit d'une location meublée, le contrat de bail peut mettre les honoraires du professionnel à la charge :
  • du propriétaire
  • du locataire
  • ou des 2 parties.

Affichage des prix

Qu'il s'agisse d'une location vide ou meublée, les prix de l'agence immobilière sont libres, mais doivent faire l'objet d'une publicité.
À cet effet, les prix pratiqués par l'agence doivent être :
  • affichés lisiblement en vitrine et dans les locaux de l'agence
  • et exprimés toutes taxes comprises (TTC).
À noter : les éventuels frais de gestion locative (gestion du bien pendant toute la durée de la location) sont supportés par le bailleur.






























































suite sur :



prohet alur septembre 2014

Les honoraires de location facturés aux locataires par les agents immobiliers seront plafonnés entre 11 et 15 euros du m2 aux termes d'un projet de décret soumis mercredi au tout nouveau Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI).

Ce décret d'application de la loi Alur (pour l'Accès au logement et un urbanisme rénové) du 24 mars 2014 est le premier de ceux visant à encadrer les pratiques et la formation des professionnels de la gestion immobilière.
Mis en place par la ministre du Logement Sylvia Pinel, le CNTGI, qui se réunissait pour la première fois ce mercredi sous la présidence de l'économiste Bernard Vorms, s'est vu soumettre le texte. Il a délivré un avis consultatif positif, qui doit être rendu public rapidement.
Mais le gouverment souhaite voir ce décret entrer en vigueur à compter du 15 septembre – afin que les étudiants puissent profiter de la baisse des tarifs lors de la prochaine rentrée universitaire –, ce que les professionnels, eux, jugent trop court, a rapporté l'un d'eux à l'AFP au sortir de la réunion. « Nous avons fait état des contraintes que cela représente pour les 20.000 personnes qui travaillent dans la location. Il faut que les choses soient bien faites », a-t-il déclaré.

Un plafond de 11 à 15 euros selon les zones

Le projet de décret limite les tarifs appliqués au locataire pour les quatre prestations que les agents immobiliers devront facturer conjointement au bailleur et au locataire : la visite du logement, la rédaction du bail, la constitution du dossier, la réalisation de l'état des lieux. Les trois premières seront plafonnées selon trois zones : à 12 euros TTC le m2 en « zone très tendue », à 10 euros le m2 en « zone tendue » et à 8 euros le m3 sur le reste du territoire ; auxquels s'ajouteront 3 euros le m2 pour la réalisation de l'état des lieux, partout en France. Soit au total, respectivement des frais de 15, 13 et 11 euros TTC le m2.
La zone « très tendue » correspond à Paris et sa petite couronne – la zone A bis du dispositif fiscal Duflot – où la demande excède largement l'offre de logements et les prix des logements sont les plus élevés. La « zone tendue », elle, correspond aux 28 agglomérations – toutes les grandes métropoles régionales et d'autres villes – où s'applique la taxe des logements vacants.
A l'heure actuelle, les frais de location sont essentiellement à la charge du locataire et s'élèvent couramment à un mois de loyer dans la capitale.
Si le décret est publié tel quel, ces frais s'élèveront au maximum, à Paris, à 375 euros pour un studio de 25 m2, contre l'équivalent d'un loyer, soit 605 euros pour cette surface si l'on se base sur le loyer moyen acquitté à la relocation d'un logement en 2013 : 24,1 euros/m2, selon les chiffres de l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap). Et ils seront au maximum de 600 euros pour un logement de 40 m2 contre 964 euros, toujours à Paris, selon le même calcul, soit là encore une réelle économie pour les locataires.


Honoraires de location 15 septembre 2014

Honoraires de location 15 septembre 2014 Cap d'Agde


Voila le texte paru sur le site du service public concernat la réglementation concernant les " frais d'Agence " sur la location à l'année qui seront donc obligatoire a partir du 15 setembre 2014



Immobilier

Plafonnement des honoraires de location à compter du 15 septembre 2014

Publié le 12.08.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
Un décret du 1er août 2014 prévoit le plafonnement des honoraires de location (frais d’agence) demandés au locataire par les professionnels de l’immobilier. Ces dispositions s’appliquent à compter du 15 septembre 2014.
Ce texte prévoit que le montant des honoraires de location payés par le locataire au titre de l’organisation des visites, de la constitution du dossier, de la rédaction du bail, hors état des lieux, ne pourra excéder celui qui est payé par le bailleur. Il devra en outre être inférieur ou égal à un plafond établi par mètre carré de surface habitable du logement loué.
Les montants plafonnés selon la zone géographique dans laquelle est situé le bien sont les suivants :
  • 12 € par m² de surface habitable maximum en zone « très tendue » (Paris et les communes limitrophes),
  • 10 € par m² de surface habitable maximum en « zone tendue ». La zone tendue correspond aux communes soumises à la taxe annuelle sur les logements vacants, parmi lesquelles figurent notamment les villes de Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Toulouse,
  • 8 € par m² de surface habitable maximum en dehors des zones tendues et très tendues.
Quant aux frais liés à l’établissement de l’état des lieux d’entrée, ils ne peuvent excéder 3 € par m² sur l’ensemble du territoire.
Ces plafonds seront révisés chaque année au 1er janvier en fonction de la variation annuelle du dernier indice de référence des loyers (IRL) publié.




**************************************************************************

donc pour le Cap d'Agde 8 € car en dehors des zones tendues ...



**************************************

  1. Location à l'année - Agence Cap d'Agde Le Tuc immobilier

    www.lecapagde.com/locanne/
    17 avr. 2014 - locations a l'année au Cap d'agde vide ou meublé, propriétaires louer votre appartement à l'année pour le rentabiliser très bon rapport locatif à ...


**************************************************************************

mardi 5 août 2014

Frais d’agences en question par alur dufflot

Frais d’agences : ce que les locataires vont économiser (ou non) à la rentrée - Capital.fr

Suite a l'article de Guillaume Chazouillères  

dans l'article de Capital.fr  du 31 07 2014

extrait :

"A compter du 15 septembre, les honoraires d’agences ponctionnés aux locataires seront plafonnés. Mais l’économie est loin d’être assurée pour tous, comme le montrent nos simulations.



Il aura fallu des mois et des mois de tractations. Mais cette fois on y est : les professionnels de l’immobilier et le gouvernement sont enfin tombés d’accord sur les plafonds d’honoraires que les agences seront en droit de facturer aux locataires lors d’une mise en location. Ce dès le 15 septembre prochain."



La phrase  " honoraires d’agences ponctionnés aux locataire " m'a choqué ... d'ou mon intervention ... et une discussion sympathique sur un sujet important ...

Mais réflexion faite ... je concède volontiers au Journaliste que si on ne provoque pas un peu ... il n'y a que peu de réactions ... , moi même ... que ce sois sur des Blogs, facebook ou au cours de discussions j'aime bien animer un débat en jouant  un peu "l'avocat du diable" ...

Le reste de l'article est d'ailleurs intéressant et documenté, il prouve que ce n'est pas simple de vouloir tout régenter. 

Pour ma part mon expérience personnel m'a prouvé que le marché se régule tres bien de lui même. En province comme sur la région d'Agde ou je suis les prix des loyers et des commission d'Agence sont ceux que veulent bien payer les locataires pour un produit ... le locatif étant un produit comme un autre et qui subit l'offre et la demande ... Le prix du loyer est trop cher ? rien pas un coup de fil ni une visite ... vos frais d'Agence trop élévé idem pas de locations  les locataire sont informés ... et si le propriétaire ou l'agence sont trop gourmand ... on loue en période tendu ... mais le locataire ne reste pas longtemps ...

Je pourrais vous en faire un roman ... 30 ans d'expérience !!!

Quand a certaine régions comme PARIS !!! c'est un autre monde !!!  ou des mondes plutot, car comment comparer le centre de Paris le reste de la "région Parisienne "  c'est utopique ...

Comme l'erreur de parler d'entreprises sans faire de difference entre PME et Multinational ? ...

Moi je suis pour plus de libertés, je trouve que le marché se régule pas trop tout seul ...

Je suis pour se libérer des profession réglementées, il n'est nul besoin de sortir de l'ENA pour commercialiser de l'immobilier ... ou pour vendre du tabac ou pour vendre des aspirines ou faire taxi, plombier... ou faire de la location , un peu de jujotte et de formation personnel ... mais c'est un autre débat et ...

Il nous faudra un sacré président pour faire " un vrai choc de simplification  ??  ...   car Alur n'en a pas l'allure !!!





 


  • Philippe Le Bras · Directeur à Agence Cap d'Agde Le Tuc Immobilier
    ... ponctionner ... avec ce terme péjoratif l'article ( que je n'ai pas encore lu ) commence mal ... des honoraires ponctionnés ? C'est la miss Dufflot qui vous a soufflée ce terme, ... entre ces ministres et les gens qui bossent qui ponctionne l'autre ? ... allez je vais vous lire ...

  • Frédéric Espie ·  Meilleur commentateur · École hôtelière de Lausanne
    Pardonnez moi mais pourquoi utiliser le terme "ponctionner" ? Comme si il y avait systématiquement arnaque dans le secteur de l'immobilier ?
    Utiliseriez-vous ce terme pour une vente de voiture , une prime d'assurance, des frais de notaires, ou l'achat de vos légumes sur le marché ?
    Il y a une prestation qui est facturée par un professionnel; puis payée par un client qui n'est pas forcé de passer par ce professionnel. Il est libre de chercher ailleurs.
    Le marché de l'immobilier meurt de cette permanente dévalorisation des bailleurs, des investisseurs, des agents immobiliers, "des vilains exploiteurs"... croyez vous que tous les locataires soient touts des saints ? Je pourrais vous raconter quelques histoires pas piquée des vers et pourtant le locataire est toujours présenté correctement par la presse et c'est tant mieux.
    A force ... Afficher la suite

    • Christian Walle ·  Meilleur commentateur · Retraité en chef à En Retraite
      Journaleux gaucho-bobo..ils ne peuvent plus s'en empêcher et c'est plus vendeur..!

    • Jean Louis Mercier ·  Meilleur commentateur
      S'il n'y avait que l'immobilier qui soit tiré vers le bas, mais c'est tout ce qui marche qui est doucement mais surement détruit. Mais pour en revenir aux locations entre autres, Les locataires devraient se poser une bonne question sur le montant des honoraires, à savoir qu'ils sont soumis à TVA 20%, aux charges sociales 46%, les frais professionnels et en suite les impôts sans compter le nombre d'emplois que cela crées. Un salarié exige d'être payé correctement pour son travail, un retraité souhaite avoir une bonne pension, tout le monde souhaite garder ses acquis sociaux. Quand il n y aura plus personne pour créer des richesses, qui va payer, peut être les socialos ou les écolos pour le confort des français..... ????

    • Christian Walle ·  Meilleur commentateur · Retraité en chef à En Retraite
      Jean Louis Mercier il ni a pas plus égoîste qu'un socialiste et pas plus fainéant qu'un communiste.....Tous les pays qui sont tombé dans ces régimes ont mis des années à sans libérer ou à sortir de l'ornière ou ils les ont plongée...

  • Frédéric Lesvigne · Travaille chez Agence immobilière FNAIM
    Le terme "ponctionnent" constitue un fait de dénigrement de la profession d'agent immobilier. Tout simplement!

    • Christian Walle ·  Meilleur commentateur · Retraité en chef à En Retraite
      Pour ma part je loue moi même sans passez par les agences donc pas de frais pour le locataire.! Par contre je fais le trie des locataires car je ne loue pas chère...! Je leur demande seulement de respecter leurs engagements qu'ils ont prient en signant le contrat..

    • Nathalie Fernandez · Gérant - Chef d'entreprise à MY Personal Shopping
      Pour louer les agents immo détestent les commerçants ils préfèrent les fonctionnaires plus sur

      • Madou Diers ·  Meilleur commentateur · Aire-sur-la-Lys
        "détestent " terme aussi ABUSIF et péremptoire que le "ponctionné" de l'article !!! Les Agents sont aussi des "chef d'entreprise" comme vous et ont des responsabilités envers leurs clients, leur personnel et leur percepteur... Alors qu'ils se montrent "circonspects" envers des indépendants qui débutent et seront disparus dés les premiers rappels de charges et de tva soit vers 24 à 36 mois en même temps que le début des loyers impayés ..., et sachant que le syndic ou l'administrateur va bloquer le local pour tenter d'en obtenir quelque argent pour payer ses honoraires; Une certaine prudence est, me semble t il compréhensible !!!!! Pour le logement du même demandeur, le problème est le même ! Les banquiers et autres fournisseurs ne sont pas différents de ces "vilains" professionnels de l'immobilier.........

    • Nathalie Fernandez · Gérant - Chef d'entreprise à MY Personal Shopping
      a Paris vous louez aux BOBOS principalement fonctionnaires et cadre sup qui votent pour Dufflot

      • Immobilier Le Hyaric · Lycée Charles Despiau
        MÔSIEUR le journaliste, auriez vous l'obligeance de ne pas être désobligeant?
        Je vous invite à venir passer une semaine avec le "jeune" responsable de la location pour voir si la ponction de nos frais d'agences n'est pas pas mérité. Soit dit en passant, vous auriez eu le devoir, comme nombre de vos collègues de communiquer, avec des mots adaptés! Des frais j'en ai! Pleins, eau, électricité, parking, matériel, carburant...En revanche nous sommes rétribués pour nos services avec des honoraires. Alors avant de se montrer condescendant voir méprisant ayez au moins l'obligeance d'être vous même irréprochable. Ce qui malheureusement -et comme les attaques gratuites et faciles semblent ne pas vous déranger- souvent loin d'être le cas si j'en crois le nombre d'absurdités que l'on peut dire dans de nombreux articles lorsque que l'on connait un sujet.

        • Pierre-Olivier Desmares · Saint-Jean-de-Monts
          Frais ? Non ce sont des Honoraires qui règlent une prestation..... Ponctionnés ? Non l'exercice de la médecine est illégal aussi pour les Agents Immobiliers également. je sais bien que la Loi ALUR a changé beaucoup ou va changer beaucoup de chose, mais pas jusqu'à nous faire passer l'internat tout de même....;-)

          • Madou Diers ·  Meilleur commentateur · Aire-sur-la-Lys
            « Il aura fallu des mois et des mois de tractations. » (Gratuit : manque de précision) : ils abusent vraiment ces professionnels qui tentent de défendre leur activité !!!
            « Cette mesure … vise à réguler le marché. En effet, …les frais ponctionnés aux locataires … libres. Pour limiter les abus, (encore 3 affirmations gratuites et sans fondements dans l’article !) le décret prévoit d’encadrer…, selon les surfaces.. et les zones géographiques »
            Je ne sais si 1 agent a réussi à louer plus cher à Lens qu’à Paris et 1 studio qu’un 110 m² mais les journalistes informent si bien qu’ils doivent savoir eux !!! Donc aucun changement !!! Et pour clore la NON-DEMONSTRATION : « Avec de tels plafonds, le gouvernement entend diviser par deux les honoraires facturés aux locataires. » Encore un coup tiré à côté : hors Paris et Versailles (en fait TOUTE LA France !) la majorité, dans la démonstration, des locataires vont payer plus CHER. Merci pour les Professionnels !!!
            Et inutile de les vilipender Messieurs, ils font eux, pour la majorité sur le territoire de la France entière,.leur métier honnêtement.

            • Jean-Philippe Jacquemard ·  Meilleur commentateur
              Il est clair que la loi vise à soulager les locataires Parisiens et banlieusards.

              Ce n'est pas la France entière, mais tout de même grosso-modo 20% de la population. Et on devrait pouvoir rajouter quelques grandes métropoles à la liste.

              Dans une certaine mesure, cette loi devrait permettre de "fluidifier" le marché : moi par exemple, qui habite la petite couronne de Paris, payer "seulement" 600€ pourrait me pousser à déménager pour me rapprocher de mon nouveau boulot. Au tarif actuel, j'y regarde à 2 fois. ( Pour infos, les 944€ du 40m² à Paris me semblent largement sous-estimés, d'expérience c'est plutôt 1100-1300€ .... j'ai payé 1240€ l'année dernière).

              En clair l'augmentation du nombre des transactions pourrait compenser la baisse du prix facturé. Et tout le monde s'y retrouve.

              Pas d'accord quand vous dites que les locat... Afficher la suite

            • Madou Diers ·  Meilleur commentateur · Aire-sur-la-Lys
              1) je suis surpris que l'on fasse des lois pour moins de 20 % des Français et surtout pour Paris - Versailles !!!! Assez de Parisianisme : la France en crève !




          Philippe Le Bras · Directeur à Agence Cap d'Agde Le Tuc Immobilier

          ... ponctionner ... avec ce terme péjoratif l'article ( que je n'ai pas encore lu ) commence mal ... des honoraires ponctionnés ? C'est la miss Dufflot qui vous a soufflée ce terme, ... entre ces ministres et les gens qui bossent qui ponctionne l'autre ? ... allez je vais vous lire ...

          Répondre · Je n’aime plus · 4 · Ne plus suivre la publication · 1 août, 09:20